Bordeaux évoque immédiatement ses fabuleux vins rouges, qui ont fait sa réputation dans le monde entier. Pour autant, il est dommage de passer sous silence ses vins blancs, qui méritent eux aussi le détour. La semaine dernière, j'ai eu l'occasion de les découvrir à l'occasion d'un cours d'oenologie à Dijon. Le bordeaux blanc existe en sec et en doux. La production est concentrée dans deux districts. Le district des Graves produit certains des plus fins bordeaux blancs, tant secs que doux, notamment ces grands vins de dessert liquoreux que sont les Sauternes qui proviennent du sud des Graves. De l’autre côté de la Garonne se trouve le district de l'Entre-Deux-Mers qui produit des bordeaux blancs secs et doux. Même si Bordeaux est aujourd'hui intimement lié à ses rouges, il faut savoir que jusque dans les années 1950, les blancs secs représentaient en fait 60% de la production bordelaise. Ce n'est qu’à partir des années 1970 que les rouges ont pris le dessus. Aujourd'hui les blancs ne pèsent plus que 8%. Ça n'empêche pas une grande diversité même au sein de la catégorie générique Bordeaux Blanc qui peut être produite sur l‘ensemble du vignoble. Les vins peuvent se classer en deux grandes familles. La première, c'est celle des vins vifs et fruités, parfois très aromatiques, à boire dans leur jeunesse, à l'apéritif, sur les fruits de mers, les poissons grillés, les salades et les fromages de chèvre. La seconde, c'est celle des vins structurés, élevés en barriques, pouvant se garder quelques années. Ils s'ouvrent de préférence sur des plats plus cuisinés : viandes blanches, plats au curry (pas trop forts), poissons en sauce, fromages comme le comté. On trouve certains des plus grands vins blancs secs du monde dans le nord des Graves, notamment dans le district de Pessac-Léognan. La plupart des bordeaux blancs sont issus d’une combinaison en proportion variable des deux cépages Sauvignon Blanc et Sémillon. Mariage heureux, car le Sauvignon Blanc offre des charmes immédiats alors que le Sémillon requiert plus de temps pour développer ses qualités et ajoute une certaine viscosité et une profondeur au vin. Les meilleurs Graves blancs secs sont vifs lorsqu‘ils sont jeunes puis développent un corps très riche et un bouquet miellé en vieillissant. Dans les bons millésimes, les meilleurs blancs nécessitent au moins dix ans pour se développer et peuvent être gardés bien plus encore ! Si vous voulez découvrir ces vins injustement méconnus, je vous invite à suivre ce cours d'oenologie: je l'ai trouvé passionnant ! Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de cette expérience de cours d'oenologie à Dijon.

 

vin6